La famille

bandeau monoyer 1

Depuis plus d’un siècle, la famille habite cette maison et son parc

 La famille Monoyer  s’installe à Lyon

 Qui était Ferdinand Monoyer ? Dans les années 1880, l’université de médecine de Lyon est créée et recrute les meilleurs spécialistes venus de toute l’Europe. Ferdinand Monoyer en fait partie. Il est physicien et médecin ophtalmologiste à l’université de Strasbourg transplantée après la guerre de 1870 à Nancy. Il est l’inventeur de la célèbre « Echelle Monoyer » et d’une unité de mesure, la dioptrie ; c’est notre arrière-grand-père.

image trois images echelle

En 1882, le professeur de médecine Ferdinand Monoyer arrive donc à Lyon avec sa femme, la fille du professeur Victor Stoeber, et ses 4 filles. La famille emménage d’abord dans un appartement situé 1, cours de la Liberté puis loue, à partir de 1902 une maison de campagne située à Monplaisir, 41 rue des Tournelles. Cette rue deviendra en 1938 la rue du professeur Paul Sisley, nom qu’elle porte toujours aujourd’hui.

Les familles Wenger et Monoyer se plaisent dans cette maison

En 1903, notre grand-mère, Marthe, la dernière des 4 filles de Ferdinand Monoyer épouse Frédéric Wenger, un industriel d’origine suisse rencontré chez la famille Winckler, brasseurs à la Guillotière, d’origine alsacienne et amis des familles Monoyer et Lumière. La famille Winckler habite une maison voisine. Cette maison est aujourd’hui la Villa Marguerite, restaurant du groupe Bocuse.

5 enfants et maison Winckler                   Les 5 enfants Wenger                   Ancienne maison Winckler, la Villa Marguerite

Notre grand-père, Frédéric Wenger, est un industriel dont l’usine d’emboutissage de bouteilles située à côté, rue Guilloud, fournit les bouteilles de la brasserie Winckler.

image maison ferdinand

 WIN_20150125_162549

 Affiche publicitaire de l’usine Wenger

En juillet 1912, Ferdinand Monoyer meurt. Son gendre Frédéric Wenger voyage beaucoup pour ses affaires. Durant ses absences, sa femme Marthe profite souvent de la maison de campagne avec ses 5 enfants, sa mère et ses sœurs. Lorsqu’il meurt subitement en 1915, notre grand-mère Marthe, peu au courant de ses affaires fait faillite et se trouve peu à peu ruinée. La famille va se resserrer autour de Marthe et de ses 5 enfants : sa mère Jeanne Monoyer, veuve de Ferdinand et ses 3 autres filles non mariées s’installent avec elle. La maison devient alors la résidence principale de toute la famille. A partir de ce moment, toutes les générations à venir (grand-mère, grands-tantes, oncles, tantes, enfants) vont vivre en communauté dans cette maison.

   Num+®risation_20140905 (4)

Notre grand-mère, Marthe Monoyer, épouse Wenger, le jour de son mariage.

 

Num+®risation_20140905Beaucoup d’enfants y ont joué.

Famille Gros et Monoyerencadre

Les générations se succèdent

famille Wengeencadre

Les 4 filles de Ferdinand Monoyer dans le parc

Num+®risation_20140905 (2)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s